Le photovoltaïque

Produire de l'électricité grâce à l'énergie solaire

L’énergie solaire photovoltaïque, à distinguer de l’énergie solaire thermique provient de la conversion de la lumière du soleil en électricité. Cette conversion se produit au sein de matériaux “semi-conducteurs”, qui ont comme propriété de libérer leurs électrons sous l’influence d’une énergie extérieure.

Dans le cas du photovoltaïque, cette énergie est apportée par les photons, les composants de la lumière, qui heurtent les électrons et les libèrent, induisant le courant électrique. Le courant produit est un courant continu. Il est transformé en courant alternatif par un onduleur, pour la revente au réseau, ou pour une consommation directe.

 

Le solaire dans le Nord comme dans le Sud

Le solaire n'est pas réservé à la région PACA et à la Corse. Les maisons dans le Nord de la France peuvent être adaptées à l'installation de panneaux solaires. Il faut simplement être exigeant sur l'orientation du toit et le dégagement. Des aides régionales spécifiques viennent également renforcer la rentabilité de l'installation.

 

Une pente de toit bien orientée et bien dégagée

Pour installer des panneaux photovoltaïques, l'idéal est d’avoir une pente de toit orientée vers le Sud, d'une inclinaison de 30° et surtout qui n'est masquée par aucun obstacle venant faire de l’ombre (arbre, immeuble voisin...). Une certaine souplesse est autorisée, bien évidemment. Le mieux est de réaliser d'abord une estimation pour savoir si le toit est adapté à la production d'électricité solaire.

 

L'installation prend 3 jours environ

L'installateur viendra installer les panneaux sur le toit de la maison. Pour profiter du meilleur tarif de rachat de l'électricité, les panneaux devront être intégrés à la toiture. Les panneaux solaires produits aujourd'hui sont tout à fait adaptés à cette utilisation, notamment en termes d'étanchéité. L'installateur posera également l'onduleur et fera le raccordement au réseau, avec un compteur pour mesurer la quantité d'électricité revendue au réseau.

L'électricité solaire est une électricité propre et renouvelable

L'énergie solaire est une énergie renouvelable : elle peut permettre de subvenir durablement à nos besoins. La fabrication des panneaux demande de l'énergie mais celle-ci est "remboursée" en quelques années. L'électricité solaire est donc une électricité propre et renouvelable.

Autoconsommation totale - Sans Injection

Du point de vue d’Enedis, on parle d’autoconsommation totale lorsque l’installation est raccordée sur une installation de consommation, elle-même raccordée au réseau, et que le producteur s’engage à ne rien injecter sur le réseau public. L’électricité est consommée instantanément sur place (autoconsommation d’un point de vue du flux financier et électrique).

En cas de présence d’excédent (ce qui sera généralement le cas si l’installation est supérieure à 1 kWc), il est nécessaire d’opter pour une configuration en injection du surplus (avec ou sans vente voir ci-dessous) ou d’installer un dispositif technique garantissant l’absence d’injection sur le réseau. A noter que ce type de dispositif à un coût, sans compter la perte de production en résultant.

Autoconsommation partielle - Injection du surplus avec ou sans vente

Dans le cas de l’injection du surplus (avec ou sans vente), l’installation est raccordée au réseau avec un seul compteur Linky qui permet de compter dans les deux sens (production et consommation).

Vente de la totalité

Dans le cas de la vente de la totalité, l’installation est raccordée au réseau avec un compteur de production en parallèle du compteur de consommation.

 

Sites isolés

Enfin, dans le cas des sites isolés, l’installation n’est tout simplement pas raccordée au réseau. L’intégralité de la production revient au producteur. L’électricité qui n’est pas consommée directement est alors perdue si elle n’est pas reliée à un dispositif de stockage.

 

 

 

 

Les 5 idées reçues sur le photovoltaïque

1. Les tarifs de rachat d'EDF changent tous les ans

 FAUX Les tarifs de rachat du kWh sont fixés à la signature du contrat entre le producteur (vous) et l'acheteur (EDF ou autre). Ils restent valables pendant 20 ans, soit l'intégralité de la durée de l'accord. Les prix sont toutefois indexés sur le coût du travail et l'indice des coûts de production ; il peut donc y avoir de légères variations positives pendant la durée du contrat. C'est pour cela qu'au vu des aides actuelles et du prix de rachat à 0,3077 €/kWh pour une installation de 3 kWc, il est avantageux de réaliser les démarches cette année.

 

2. La consommation de sa propre production est plus avantageuse que la revente à EDF

 FAUX Certains pensent que la consommation de sa propre production photovoltaïque est plus avantageuse que la revente à EDF. Faisons le calcul avec pour valeur de référence 6000 kWh d'électricité produite par les panneaux solaires, qui est une valeur moyenne. Avec un tarif de vente EDF de 0.12 €/kWh tout compris, cela représente une économie de 720€/an. En revendant cette production, cela vous rapportera 2031€ grâce au tarif de rachat à 0,3385 €/kWh. En retranchant le coût de l'électricité que vous auriez consommé, on obtient une valeur finale de 1311€. Les panneaux coûtant le même prix dans les deux cas, la différence de prix porte d'une part sur la batterie nécessaire au stockage de l'énergie la nuit, d'autre part sur le coût du raccordement au réseau ERDF. Le prix d'une batterie pour une autonomie d'une nuit est d'environ 400 € à renouveler tous les 4 à 5 ans. Le coût du raccordement est de l'ordre de 1 000 € tout compris. Ainsi, le calcul est vite fait !

 

3. La durée de vie des panneaux est trop courte pour que l'installation soit rentable

 FAUX Les panneaux en eux-mêmes ont une durée de vie garantie comprise entre 25 et 40 ans suivant les modèles. Le minimum de 20 années de fonctionnement correspond à la durée du contrat proposé par EDF. Donc, à moins d'un dysfonctionnement, les panneaux ne posent statistiquement pas de problèmes pour que l'opération soit rentable. La question du recyclage des panneaux se pose tout naturellement après. Il faut savoir que de grands progrès ont été faits à ce niveau, AcéA Energies ne propose que des panneaux portant le label PV CYCLE car désormais l'empreinte écologique d'un panneau standard est compensée en 3 ou 4 ans. Ainsi, une grande partie du panneau est revalorisable.

 

4. Tous les panneaux se valent

 FAUX Il existe différents types de panneaux : des monocristallins aux polycristallins, en passant par les panneaux à silice amorphe, la gamme s'est largement étendue. Tous ne possèdent pas les mêmes caractéristiques, notamment au niveau du rendement. Les panneaux monocristallins ont un rendement de l'ordre de 19 %, tandis que les polycristallins tournent autour de 16 %. La silice amorphe possède le plus bas taux d'efficacité avec un rendement compris entre 5 et 10 %. De même, ils ne sont pas tous égaux face au recyclage, et pour le coup n'ont pas le même impact sur l'environnement.

 

5. Les panneaux solaires photovoltaïques ne sont rentables que dans le sud

 FAUX Le point-clé lorsque l'on parle de photovoltaïque, et une des principales différences vis-à-vis du solaire thermique, est qu'il nécessite non pas de la chaleur mais de la lumière pour fonctionner. La température n'a donc aucune influence sur la production. Cela dit, l'ensoleillement n'est pas le même partout. La valeur varie entre 1 500 heures/an à Charleville-Mézières, et 2 946 heures/an à Aix-en-Provence. Cela donne une vente de la production photovoltaïque comprise entre 1500 et 4500 € selon la puissance installée. En déduisant les aides du prix de l'installation, on obtient bien un retour sur investissement compris entre 6 et 10 ans. Le Nord et l'Est sont donc des régions rentables pour le photovoltaïque !

© 2013 par AcéA Energies. Tous droits réservés            

  • w-facebook